29 janvier 2012

The Book of Lost Things / Le livre des choses perdues - John Connolly

book_of_lost_things


Titre en VO: The Book of Lost Things
- Auteur: John Connolly
Editions: Hodder and Stoughton
Date de sortie: 5th April 2007
- Nombre de pages: 502 pages
- Genre: Fantasy
Prix: £7.99
Commander sur Hodder & Stoughton:
 XXX

Résumé

'Once upon a time, there was a boy who lost his mother . . .' As twelve-year-old David takes refuge from his grief in the myths and fairytales so beloved of his dead mother, he finds the real world and the fantasy world begin to blend. That is when bad things start to happen. That is when the Crooked Man comes. And David is violently propelled into a land populated by heroes, wolves and monsters, his quest to find the legendary Book of Lost Things.

livre_le_livre_des_choses_perdues

- Titre en VF: Le livre des choses perdues
- Auteur: John Connolly
Editions: J'ai lu
Date de sortie: 29 Septembre 2010
- Nombre de pages: 380 pages
- Genre: Fantasy
Prix: 7.60€
Commander sur Fnac.com:
 XXX
Commander sur Amazon.fr:
 XXX

Résumé

La Seconde Guerre mondiale gronde. Oppressé par l'atmosphère familiale, le jeune David se réfugie dans les livres. Une nuit, il pénètre dans un univers parallèle peuplé de créatures inquiétantes, hybrides de ses lectures et de ses terreurs. Égoïstes, violentes, elles s'entredéchirent pour la mainmise du royaume. Poursuivi par un mystérieux être malfaisant, David se trouve plongé au coeur d'une terrible lutte de pouvoirs.

Avis

J'ai vraiment adoré ce livre. Je connaissais déjà John Connolly pour ses thrillers et je voulais absolument lire son premier roman non-policier pour voir ce qu'il pouvait faire dans un autre genre. Pour moi, John Connolly a bien relevé le défi: Sa façon de raconter et de transformer les contes et autres histoires selon son point de vue est complètement perturbante et cela contribue à donner une atmosphère sinistre au livre.

Il y a deux choses que je regrette dans ce livre. La première est que la profession du père n'a pas beaucoup d'importance alors qu'il déchiffre quand même les messages des Allemands pour faire échouer leurs plans. Pour cette raison, David voit son père comme un agent secret, un héros. Le père reste dans le monde réel et ne peut rien faire pour aider son fils. J'aurais aimé voir le père débarquer dans l'autre monde pour le protéger. La seconde est que ce contexte de Seconde Guerre Mondiale n'est juste qu'un contexte et n'ait pas plus d'importance dans l'histoire et les évènements (à part au tout début). Pour moi je trouve que la WWII est un des évènements les plus importants et les plus tragiques de notre histoire et j'aurais bien vu des soldats Allemands se retrouver dans l'autre monde où ils devront survivre tout comme David.

Pour parler des contes qui sont le thème principal du livre, nous avons directement une référence à eux au tout début quand le père de David se remarie. La seule différence c'est que la belle-mère de David fait tout pour être amicale et être aimée.

Il y a d'autres contes dont les personnages apparaissent dans cet autre monde, par exemple Sleeping Beauty. Nous avons une femme qui est endormie par un enchantement dans une chambre pleine de trésors. C'est à peu près comme dans le récit d'origine mais ici Sleeping Beauty est une créature qui a l'apparence de la mère décédée de David, de Rose et d'une vampire.

Les autres histoires sont racontées par le Garde-Forestier ou par Roland à David mais là aussi, les contes sont différents avec généralement une fin sanglante ou bizarre. Pour moi, le meilleur exemple reste celui de Little Red Riding Hood. Pour expliquer à David comment les Sire-Loups ont été créés, il lui raconte l'histoire de Little Red Riding Hood qui va visiter sa grand-mère qui vit dans la forêt. Un jour, cette fille veut se promener dans la forêt. Elle voit un loup qui la suit et elle en tombe amoureuse. De leur union naîtra une créature qui est plus humaine que loup. Et ainsi naquit Leroi, le premier des Sire-Loups. J'ai trouvé cela très dérangeant car on peut dire que c'est de la zoophilie.

Mais heureusement, il y a un moment marrant (peut être le seul de ce livre!) quand David rencontre les 7 nains et Blanche-Neige. Les 7 nains sont communistes, ils ont essayé d'empoisonner Blanche-Neige pour en être débarrassé car elle ne faisait rien d'autre que manger et les faire travailler. Malheureusement, la tentative d'empoisonnement à un peu raté et elle s'en sort indemne. De plus Blanche-Neige n'est pas la belle jeune femme. Quand elle parle sa voix et grave et haute à la fois, elle est la plus grosse et la plus grande dame que David ait jamais vu, sa figure est recouverte de maquillage blanc, sa robe est assez large pour abriter un petit cirque et elle porte des chaussons en soie qui sont au moins trois fois trop petits. La seule chose qui n'était pas nécessaire à mes yeux est que les nains sont communistes car cela n'apporte rien de si spécial à l'histoire. Bon oui c'est marrant car on ne s'attend pas du tout à cela mais c'est tout.

La raison pour laquelle je ne laisserai pas un enfant de 12 ans lire ce livre même si le protagoniste est un jeune garçon, c'est à cause du côté très bizarre et hostile de cet autre monde. A chaque fois que David arrive à traverser une situation difficile, j'étais effrayée de la prochaine rencontre qu'il allait faire parce que je savais que cela se terminerait d'une façon sanglante ou sans pitié. La rencontre qui m'aura le plus marqué, c'est celle avec la chasseresse dont le passe-temps favori est de couper des enfants et des animaux en deux et ensuite mettre la tête de l'enfant sur le corps de l'animal. Pour elle, cela rend la chasse plus excitante.

Dans un certain sens, cela m'a fait penser aux films Pan's Labyrinth, The Brothers Grimm et Don't be Afraid of the Dark que j'ai vus et au début, je pensais aussi que c'étaient pour les plus jeunes alors que pas du tout. Et qu'elle n'a pas été ma surprise de voir que Don't be Afraid of the Dark était catégorisé comme un film pour tout public alors que j'étais moi-même très effrayée lorsque je l'ai vu.

J'ai trouvé John Connolly assez cruel parfois car il n'hésite pas à tuer (ou à nous faire croire) certains personnages principaux qui sont très attachants et les plus gentils de l'histoire.

La dernière chose que je vais dire est que je suis heureuse qu'il y ait les contes originaux à la fin du livre (version anglaise) car ma connaissance des contes laisse vraiment à désirer... Pour chaque conte on a une référence à l'histoire avec un petit passage qui est repris; ensuite on a une petite explication du conte dans l'histoire version John Connolly; comment c'est réécrit; parfois l'origine du conte et pour finir, le conte lui-même.

Pour conclure, ce livre m'a agréablement surprise par son côté sinistre et maintenant, je ne veux qu'une chose, lire son autre livre The Gates/Les portes pour voir si c'est du même genre.

 La fiche du livre sur Livr@ddict

Logo Livraddict

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Vozrozhdenyie à 15:40 - - Permalien [#]
Tags :