01 mars 2013

"La trilogie du mal" in het Nederlands!

De_Trilogie_van_het_Kwaad

Comme vous le savez, Michel Montheillet a adapté en bande dessinée "La trilogie du mal" de Maxime Chattam (du moins une partie pour le moment). Et cette BD est maintenant traduite en néerlandais!

Vous pouvez trouver une interview de Michel Montheillet en néerlandais à l'adresse suivante: http://www.stripelmagazine.be/de-trilogie-van-het-kwaad/

Mais comme tout le monde ne parle pas cette langue, j'ai pris le temps de la traduire en français.

Si jamais vous souhaitez reprendre cette interview en français, merci de me créditer pour la traduction (parce que oui ça m'a tout de même pris la journée pour le faire)

Notes: MM = Michel Montheillet / MC = Maxime Chattam / Il y a surement des fautes mais à force de jongler entre français et néerlandais, mon orthographe m'a dit m***. Je me relirai dans quelques jours.

**************

Introduction: Michel Montheillet s'est risqué/aventuré à transposer en BD La trilogie du mal , un thriller à succès français de Maxime Chattam où l'on fait connaissance avec l'inspecteur de police Joshua Brolin. Il part à la recherche d'un tueur en série impitoyable qui kidnappe des jeunes femmes qu'il mutile horriblement pour finalement s'en débarrasser après leur avoir coupé les deux mains. Montheillet permet aux lecteurs de jeter un oeil dans l'esprit du tueur et montre comment la recherche du tueur met la vie des personnages principaux sens dessus-dessous. En bref, un excellent thriller et on attend impatiemment après le reste de la série.

Question 1: Pourquoi avez-vous choisi de transposer La trilogie du mal en BD?

En premier lieu parce que j'avais lu L'âme du mal, la première partie de La trilogie du mal avec énormément de plaisir. Et aussi parce que je me suis attaché au personnage de Joshua Brolin. Quand il est devenu clair que Joshua était un personnage récurrent, j'ai tout de suite pensé qu'il pourrait être un formidable personnage pour une BD. L'histoire se déroule dans un petit univers familier et la relation entre les différents personnages m'a aussi parlé. Surtout visuellement parlant, j'ai pensé que cela pourrait devenir une histoire que l'on ne voit pas très souvent dans la BD franco-belge: une BD horrorifique (du genre horreur) avec un personnage fragile qui mûrit, se développe et devient plus âgé.

Question 2: Une fois que vous avez décidé de transposer en BD La trilogie du mal, vous deviez encore convaincre MC (sur la photo en-dessous à droite, à côté de MM) d'entrer dans le récit... 

Je lui avais transmis quelques rapides croquis de Joshua Brolin dans lesquels vous l'avez vu évoluer dans les différentes parties du roman. Il a tout de suite très bien réagi. A aucun moment il a pensé que son travail serait mal représenté et quand je lui ai envoyé les premières planches, il a réagi avec enthousiasme. Il a fortement soutenu le projet et a été pour moi d'un grand soutient.

Question 3: En quelle mesure a-t-il été impliqué dans l'adaptation en BD de son roman?

Nous avons premièrement beaucoup discuté. Je lui ai dit qu'une telle adaptation en BD est très différent par rapport à son livre. Ça a dû être simplifié. La première partie compte 500 pages et cela, je l'ai réécrite pour avoir 150 pages. Et ensuite, nous avons dû ajouter les scènes visuelles comme les scènes d'action. C'est donc de toute façon une simplification énorme face à son roman. Mais MC ne s'est fait aucun soucis pour cela parce que je savais bien que les personnages faisaient la force de la série. Bien sûr le côté sinistre du livre est aussi important mais c'est la relation que vous construisez avec le personnage, que vous entrainez en fin de compte totalement dans l'horreur de l'histoire. Joshua Brolin n'est pas un super profiler, il apprend. Il expérimente. Mais il doute, il est vulnérable. Il prend des décisions qui le mettent en péril, qui montrent sa fragilité. C'est cette humanité à travers laquelle le lecteur se lie à lui. Cela reste naturellement une BD. Une tentative d'adaptation dans laquelle vous tentez de garder la force du roman. Il suffit de relire le roman 10 ans après pour s'en rendre compte.

Question 4: Mais une fois que vous y êtes arrivés, vous avez pu vous mettre au travail.

J'ai supposé que L'âme du mal se déroulait au moment où ça a été écrit. L'une des grandes forces du livre, c'est que c'est très bien documenté et en 2001, tout le monde était sous le charme de la science médico-légale qui en était encore à ses balbutiements. Maintenant, plus de 10 ans après, tout le monde a entre temps déjà fait connaissance avec les profilers et les experts de ce secteur à travers les nombreuses séries TV qui sont apparues autour de ce thème. Parce que je savais que je devrais beaucoup simplifier, c'étaient les premières scènes dans lesquelles j'ai coupé: la recherche d'ADN, l'examen de la scène de crime,... Tout simplement parce que tout le monde sait bien maintenant comment cela marche, ce n'était plus nécessaire de développer et d'ajouter cela dans le récit. Cela m'a donné la possibilité de me concentrer sur les différentes personnalités.

Question 5: Et le choix de mettre Joshua Brolin en avant comme personnage principal a été alors vite fait?

Ce choix a finalement été encore plus difficile à faire car du point de vue de la BD, il était bien le personnage principal, un peu têtu, le retour du "héros" mais dans le livre les deux personnages principaux sont Joshua aussi bien que Juliette. Le livre commence même avec Juliette. C'est justement là une des forces du livre: qu'il n'y ait pas eu de choix pour un personnage principal. Mais malheureusement, j'ai dû choisir un seul protagoniste pour la BD. Il n'a pas pu en être autrement ou alors j'aurais dû dessiner plus de 200 pages. Par conséquent, l'action se concentre davantage sur Brolin.

Question 6: Et l'action se déroule à Portland.

Je voulais aussi, tout comme dans l'évolution de Brolin, donner un aperçu du Portland d'aujourd'hui. En 10 ans, c'est devenu une tout autre ville, très dynamique. Elle s'est développée en une ville verte où la prospérité est un élément central. Une ville organique, jeune et dynamique. J'y suis allé pour en effet voir comment était vu cette évolution dans la ville et je voulais que le cadre dans lequel Brolin allait évoluer soit visuellement présenté de manière le plus réaliste possible avec des gens de là-bas afin que la ville soit très reconnaissable. La bourgmestre de Portland dans ma BD est encore aujourd'hui le bourgmestre actuel et le commissaire est aussi basé sur l'actuel chef de la police.

Question 7: Ce ne sont pas les seules personnes connues qui y trainent. Ainsi j'ai reconnu, par exemple, Dwight Schrute (The Office). Pourquoi vous basez-vous sur de vraies personnes pour vos personnages?

Pour avoir un départ en quelque sorte. Ma plus grande préoccupation lors de l'adaptation en BD était que les personnages du livre devaient vraiment prendre vie, qu'il n'y aurait aucun doute quant à leur existence même s'ils jouent dans une BD semi-réaliste. MC aussi bien que moi-même sommes de grands fans de films et de séries TV et nous avons fait une sorte de casting fictif. Ainsi MC a même demandé à ses lecteurs sur son site internet quels acteurs pourraient incarner les personnages du livre. C'est à partir de ces propositions que j'ai commencé à visualiser. Mais ce n'était pas simple. Je ne voulais pas non plus en travaillant ainsi que la source d'inspiration prenne le dessus sur le dessin, qu'il y ait trop d'acteurs connus qui entrent en jeu de sorte que le lecteur serait distrait de l'histoire. J'ai finalement trouvé pour chaque personnage différents acteurs et actrices et dessiné tout ces éléments jusqu'à ce que le personnage apparaissent tel que je le voulais. Tout le monde autour de moi a aussi dû prendre la pose, ce qui m'a donné encore plus d'inspiration. Donc ces personnes connues sont une base, une aide pour l'adaptation, ils font une différence et ajoutent quelque chose à l'histoire. En fin de compte, c'est cependant tellement retravaillé de sorte que tu ne deviens pas l'esclave de tes sources.

Question 8: Facile, cela ne me le parait pas totalement. Quelles sont encore les difficultés si vous voulez transformer un roman en BD?

Il s'agit d'une sorte de trahison. Vous y êtes confronté en premier, mais c'est impossible à éviter. Chaque lecteur de La trilogie du mal a ses propres idées sur à quoi les personnages ressemblent, comment ils agissent et ont leur propre vision de l'histoire. Mais qui en fait une adaptation, introduit tout visuellement. Si quelqu'un fait un film du même roman, vous allez peut être avoir une tout autre histoire. Et c'est probablement le plus difficile: essayer de trahir le récit le moins possible. Peut être, ou même certainement, que les personnages ne sont pas tous comme on se les étaient représentés mais le but est de rester fidèle aux personnages que MC a imaginé. Mais je suis bien conscient que tout cela est très subjectif et le résultat final est que les images sont devenues ce que je pensais lorsque je lisais le livre.

Question 9: Et avez-vous déjà eu des réactions? Votre BD est quand même déjà sortie depuis quelques mois dans les pays francophones.

La BD est sortie en octobre 2012 donc ce n'est pas si vieux. Ce qui m'a le plus surpris, c'étaient les réactions des fans du roman. Je m'attendais honnêtement à des opinions très prononcées mais le contraire s'est produit. J'étais très heureux que les changements dans le récit, que j'ai dû mettre en oeuvre pour l'adaptation, ne m'aient pas été reprochés. Naturellement, j'ai également eu des réactions de personnes qui voyaient les personnages totalement différemment mais cela venait vraiment d'une minorité de personnes. Et ce n'est que la première histoire! J'y vois moi-même des fautes et des inexactitudes mais les réactions et le soutient que j'ai reçus des lecteurs de MC a été une surprise et un réel encouragement pour moi. Cela m'a touché et cela fera en sorte que le travail soit encore meilleur dans le futur.

Question 10: Et maintenant, les néerlandophones peuvent aussi faire connaissance avec la BD. Comment vous sentez-vous par rapport à une telle traduction?

J'en suis extrêmement fier. Ce serait comme si la BD devenait aussi traduite que le roman...

=> N'hésitez pas à consulter l'article en néerlandais car à la toute fin, il y a des planches de la prochaine BD! :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par Vozrozhdenyie à 12:35 - - Permalien [#]
Tags : , , ,